11 Octobre 2014

Le Parti Québécois aux côtés des citoyens de Cacouna

Québec, le 11 octobre 2014 – Des députés du Parti Québécois se joignent à la manifestation citoyenne contre le port pétrolier de TransCanada se tenant aujourd’hui à Cacouna. Le député de Rimouski, Harold LeBel, le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, la députée de Vachon, Martine Ouellet, et le député de Berthier, André Villeneuve, sont présents aux côtés de la population pour dire au gouvernement de prendre ses responsabilités.

 

« Le gouvernement libéral doit écouter les citoyens présents à cette manifestation. Les travaux de forage doivent être suspendus immédiatement. Si des forages, même exploratoires, mettent en péril une espèce menacée, c’est qu’ils ne doivent tout simplement pas avoir lieu! Nous exigeons le déclenchement immédiat d’un BAPE pour évaluer l’ensemble des impacts du projet Énergie Est, pour Cacouna et pour tout le Québec », a déclaré Sylvain Gaudreault, porte parole de l’opposition officielle en matière de développement durable et d’environnement.

 

Harold LeBel salue quant à lui la mobilisation des citoyens de Cacouna et du Bas Saint Laurent. « Les gens de chez nous sont très présents pour la préservation de notre environnement, de notre milieu marin et des espèces qui y vivent. Le ministre de l’Environnement, David Heurtel, doit en tenir compte, arrêter d’être au service de TransCanada pour devenir le ministre des gens du Bas Saint Laurent et du Québec », a t il ajouté.

 

Les députés présents ont exigé du gouvernement libéral qu’il cesse d’improviser dans le dossier de TransCanada. « Toutes les études démontrent la dangerosité du transport de pétrole sur le fleuve Saint-Laurent. Les municipalités sont inquiètes, car elles ne sont pas préparées à faire face à un déversement. Nous ne voulons pas que le Québec devienne une autoroute pour le pétrole albertain », ont-ils conclu.

 

Tous les députés de l’opposition officielle soutiennent le combat mené par les groupes environnementaux, les regroupements citoyens, les élus et les Québécois qui demandent au gouvernement d’agir de façon urgente, soit d’ici le 15 octobre, pour stopper la tenue de forages à Cacouna.