2 Décembre 2014

Les Québécois doivent avoir le dernier mot sur le projet Énergie Est

Québec, le 2 décembre 2014 – « Est-ce que le premier ministre de l’Alberta, Jim Prentice, est inscrit comme lobbyiste pour la compagnie TransCanada? Le premier ministre Philippe Couillard doit lui affirmer très clairement que jamais le Québec ne renoncera à son pouvoir de décider en matière d’environnement », a déclaré le député de Jonquière et porte-parole de l’opposition officielle en matière de développement durable et d’environnement, Sylvain Gaudreault, à l’occasion de la visite au Québec du premier ministre albertain.

 

Le député demande en outre au premier ministre de ne pas s’engager à quoi que ce soit auprès de son homologue albertain concernant le projet Énergie Est avant que le BAPE n’ait réalisé son évaluation. « Le gouvernement libéral doit mandater sans délai un BAPE sur l'ensemble du projet, afin d’évaluer les impacts tout au long du tracé du tuyau. D’ailleurs, l’Ontario a entamé ce travail il y a plusieurs mois. Seul le Québec peut décider de ce qui se passe sur son territoire », a ajouté Sylvain Gaudreault.

 

Par ailleurs, le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a conclu hier que les bélugas sont désormais une espèce en voie de disparition. À Cacouna, les travaux sont arrêtés.

 

« Cela compromet le respect d’une condition du ministre David Heurtel, soit celle des plus hauts standards en environnement, et ce n’est pas acceptable. Si le Québec applique le principe de précaution, les travaux ne doivent pas être autorisés de nouveau. Les premiers ministres des provinces canadiennes et le premier ministre Stephen Harper ont beau dire ce qu’ils veulent, le Québec doit décider seul de ce qui se passe sur son territoire et nous serons là pour le répéter », a conclu Sylvain Gaudreault.